Denise Martin
Dév. durable
Vie politique
Lectures Cie des Mots
Ateliers
Ecrits personnels
Contact
Liens
Denise Martin
Ecrits personnels

/

De 1981 à 1999, j’ai publié sept plaquettes de poèmes ou prose poétique portant les titres de :
A rebrousse-cœur, A perte de vue, A quatre mains, Au fil des lettres, Le vieux banc vert,
Le bonheur au pré… et au loin, Flocons d’hiver.

En 2006, en quittant ma fonction à la Ville d’Onex, j’ai publié un petit journal : Les vœux du ciel.  
Voici cinq poèmes tirés des plaquettes pour inviter Dame Nature sur nos écrans :
 
/
Boire la vie à pleines mains
 
Ivre de la douceur des sous-bois
Où croissent les gracieux silènes,
Ivre de ce bosquet de frênes,
Tapis de mousse, baies, sains-bois.
 
Ivre de l’eau de la fontaine
Pailletée d’or, où je bois sans fin,
O nature, ton philtre divin,
Ivre de la beauté de l’Eden.
 
Goûter et boire à pleines mains
La coupe des joies offertes,
Les mains tendues, paumes ouvertes,
Le cœur en fête pour tout et rien.
 
/
Main dans la main
 
Avec ta petite main dans la mienne
Je pourrais marcher longtemps et loin,
Jusqu’aux portes des terres anciennes
Pour retrouver les prés, l’odeur des foins.
 
La senteur des lilas, du tilleul, du buis,
Des blés coupés, les senteurs profondes
De la terre mère, ruche, épanouie
Et la fraîcheur des sources fécondes.
 
Viens mon enfant, prête-moi la main,
Pour retrouver la joie de découvrir,
Même la poussière du chemin,
Même les ronces qu’on voit fleurir.
 
Partons, mon enfant, main dans la main,
Pour une vie d’école buissonnière.
Restons partout passagers clandestins,
L’amour de la terre, en bandoulière.
 
/
A cœur perdu
 
J’ai pris la vie à cœur perdu,
Je l’ai bue avec délices.
J’étais toujours sans malices
Et mes amours à fond perdu.
 
Aucune fée sur mon berceau,
Aucun trésor, aucun appui.
Rien que mon goût de la vie
Et puis la joie à fleur de peau.
 
Jette ton pain sur les eaux.
Avec le temps il te reviendra.
Donne ton cœur à qui voudra.
Avec le temps, on t’aimera.
 
/
A rebrousse-coeur
 
J’aime les sous-bois troués de soleil,
Les blés qui ondulent sous le ciel,
Les coquelicots rouges et noirs,
Les prés, le vent, les papillons du soir.
 
Le vent caresse les graminées,
Les trèfles fiers ou l’herbe fanée.
Mais je ne suis pas à l’unisson,
J’ai le cœur en forme de hérisson.
 
La vie me prend à rebrousse-cœur.
Le soir m’invite à la langueur
Et je dois me battre âprement,
En oubliant mon tempérament.
 
/
Cœur d’or
 
Les pommiers de mon enfance
Ont nourri mes rêveries.
Venez, entrez dans la danse,
Sous les branches si fleuries.
 
Blanches les fleurs de pommier
Avec leur grand cœur d’or ouvert
Au soleil, à l’air printanier,
A toutes les abeilles, offert.
 
Elle a aussi un cœur d’or
Cette fée aux cheveux blancs,
Recroquevillée au dehors,
Mais tant d’âme au dedans.
/
/

 

Les voeux du ciel
Denise Martin et John Grinling, 2006 

 

 
Denise Martin Dév. durable Vie politique Lectures Cie des Mots Ateliers Ecrits personnels Contact Liens