Denise Martin
Dév. durable
Vie politique
Lectures Cie des Mots
Ateliers
Ecrits personnels
Contact
Liens
Denise Martin
Dév. durable

 

Communiquer pour le développement durable : une passion

 
Formation 2003 – 2005, une belle et riche expérience
Je suis une formation continue en développement durable au Centre d’écologie humaine et des sciences de l’environnement à l’Université de Genève
 
A l’âge de 40 ans, après 20 ans d’enseignement, je suis devenue chargée d’information. Depuis lors, dès 1988, j’ai travaillé dans le domaine de l’information et de la communication. Au Centre social protestant où j’ai tout d’abord été engagée, j’ai été chargée principalement de la rédaction d’un journal et de l’appel financier annuel. En 1988, responsable de l’information et des RP aux Institutions universitaires de psychiatrie, j’ai créé deux journaux : Echange, pour les 1'600 collaborateurs et le Bulletin des IUPG pour le personnel soignant tout en donnant un nouvel essor aux Cahiers psychiatriques genevois. Plus tard, Secrétaire générale de l’association Insieme, regroupant les parents d’enfants mentalement handicapés, j’ai eu le plaisir de créer Ensemble. Entrée en fonctions en 1994 à la Ville d’Onex en tant que responsable de l’information et des relations publiques, j’ai réalisé les pages de La Mairie puis Onex Public, magazine mensuel de 12 pages dont j’ai été la rédactrice responsable.
 
Dans le cadre de cette formation, mon expérience de la communication écrite institutionnelle m’a conduit tout naturellement à me poser de nombreuses questions quant à son utilisation efficace pour la cause du développement durable. C’est pourquoi j’ai choisi ce thème : communication écrite et développement durable pour mon travail de certificat en formation continue de développement durable au Centre d’écologie humaine de l’Université de Genève.
 
Mon travail qui a paru, sous forme d’un journal de 16 pages, en août 2005, comporte 4 parties : les principes fondamentaux du développement durable, réflexions et propositions d’une charte de la communication responsable, deux enquêtes et un outil d’évaluation, la boussole bernoise, des pistes d’amélioration. Ce journal porte le titre :
Une boussole du développement durable pour l’information communale genevoise
 
 
  • Rubrique dans la VP : La terre est notre affaire
Denise Martin a tenu une rubrique durant un an: la terre est notre affaire dans la vie protestante (VP)
 
/
La Vie protestante, mai 2008
/
/////////////// La terre est notre affaire /////////////////////////////////////////////
Deux projets exemplaires ///////////////////////////////////////////
Le « Pouvoir de la goutte d’eau » à Confignon
 
Cette initiative a permis de faire un inventaire des contributions d’individus de tous âges dans la commune de Confignon en automne 2007, à savoir des petits ou des grands gestes qui vont dans le sens des objectifs généraux du développement durable : un monde pacifié, des ressources naturelles mieux préservées, une économie viable qui tient compte du respect de l’environnement et de la justice sociale. Ce projet a par ailleurs relevé le défi de mettre en valeur les ressources d’un quartier souvent peu visibles ou banalisées, afin d’orienter le regard vers des actions constructives qui préservent la qualité de vie et le mieux vivre ensemble.
 
De nombreux discours écrits ou oraux sur le développement durable soulignent l’importance des comportements individuels et d’une participation volontaire de chacun pour mettre en place un processus de développement durable : « Chacun, individuellement, a un rôle à jouer pour l’avenir de la planète » (Yann Arthus Bertrand). Cette collecte à Confignon de gouttes d'eau ou actions allant dans le sens des objectifs du développement durable, participe à l’échelon local à régler des problèmes mondiaux. Chaque goutte est importante. Cette philosophie est énoncée dans différents projets de communication du développement durable, tel que « Un défi pour la terre » de la fondation Nicolas Hulot ou dans le listing d'actions proposé à la fin du film d’Al Gore "Une vérité qui dérange".
 
La fête organisée à la salle communale de Confignon le vendredi 23 mai 2008 présentera « Le Pouvoir de la goutte d’eau » , une œuvre artistique créée tout exprès, ainsi que la collection des gouttes d’eau en texte, en photos et dessins. Invitation à tous les habitants du canton. Dès 17 h jusqu’à 22 h. Apéro et concert offert par la Mairie. Buffet canadien. Pour tout renseignement : Sophie Lagana, initiatrice du projet, 078 680 21 29.
Solidarcomm: une seconde vie pour votre portable !
En Suisse, environ 7 millions de personnes possèdent un téléphone mobile qu’elles remplacent, en moyenne tous les 18 à 24 mois. Près de 70% de ces appareils sont pourtant réutilisables. Lancée à l'initiative de l'entreprise Idris et de Terres des Hommes Suisse, la campagne solidarcomm associe à la démarche environnementale une dimension sociale et solidaire.
Acheminés dans les ateliers de l'association de réinsertion professionnelle Réalise, les portables sont triés et reconditionnés par des personnes peu ou pas qualifiées. Vendus sur le marché international, les portables connaissent une nouvelle vie dans des pays à faible pouvoir d'achat, où les lignes fixes sont rares et chères.
Grâce au partenariat mis en place avec Swisscom en janvier 2007, près de 35'000 portables usagés ont pu être récupérés. Pour chaque appareil, la campagne solidarcomm permet de verser 5 francs à Terre des Hommes Suisse pour financer des projets en faveur de la défense des droits de l'enfant et de la promotion du développement durable en Amérique Latine, en Afrique et en Asie.
Comment participer? Les téléphones portables inutilisés sont à déposer dans n'importe quel magasin Swisscom ou dans les urnes disponibles dans les magasins Fnac de Suisse Romande. Des collectes en entreprises peuvent également être organisées, si cela vous intéresse, contactez-nous! Pour plus d'informations:  www.solidarcomm.ch+
La Vie protestante, juin 2008
/
////////////// Une femme au foyer brésilienne invente «le récipient écologique» /////////////////////////////////////////////////
/
Catharina Fantauzzi, médaille d’or au Salon international des Inventions 2008
/
Catharina Fantauzzi, aujourd’hui 78 ans, a exercé le métier d’éducatrice, puis est devenue mère de 5 enfants. Parce qu’elle est restée sensible à la misère des enfants des rues, elle s’est indignée de les voir essayer de survivre en triant les déchets des grandes décharges de Rio de Janeiro, grouillantes de rats. Or les rats transmettent une maladie mortelle pour les humains : la leptospirose. Catharina, elle, trie les déchets chez elle. Elle sait que si les ordures sont bien réparties, elles peuvent tout de suite être éliminées et ainsi échapper à la contamination transmise par les rats.
 
Animée par sa conscience et sa sensibilité écologique, elle a donc fabriqué un panier à roulettes avec plusieurs compartiments (papiers, plastics, piles, huile, compost, médicaments, etc.). Au Brésil, le tri des déchets existe mais n’est pas encore systématisé à Rio. Catharina voudrait que cette mesure indispensable à la santé publique et à l’environnement progresse. L’idée de faire connaître son fameux récipient écologique naît.
 
Parmi les 75 exposants de la catégorie « protection de l’environnement » au Salon des Inventions, son stand est remarqué.   Elle reçoit une médaille d’or du jury ! Un industriel japonais s’intéresse à son brevet. Mais ce que souhaite avant tout Catharina Fantauzzi, c’est que son invention soit prise en compte par l’Etat du Brésil et diffusée dans tous les foyers. En attendant, elle nous prouve que chacun(e) peut faire quelque chose pour l’environnement.
 
 
En Suisse, plus de la moitié des déchets urbains sont recyclés
 
4,94 millions de tonnes de déchets urbains ont été produits par les ménages et l’industrie. 51% d’entre eux, soit 2,5 millions de tonnes, ont été valorisés. Pour la première fois, la part de déchets valorisés dépasse celle des déchets incinérés. En comparaison internationale, le taux de recyclage en Suisse reste un des plus élevés. Toutefois, pour d’autres matériaux comme le papier, le carton, les métaux ou les déchets biogènes, une optimisation du système de collecte permettrait d’augmenter la part de déchets urbains valorisés. Office Fédéral de l’Environnement (OFEV)  www.ofev.ch+
 
 
Un livre lumineux
 
Nature et spiritualité, Jean-Marie Pelt, 296 pages, janvier 2008, Fayard
 
Cet ouvrage nous invite à observer les relations des grandes religions du monde avec la nature. Ainsi l’hindouisme, le taoïsme, le bouddhisme, l’islamisme, le judaïsme, le christianisme nous disent que le sort de l’homme et celui de la nature sont étroitement liés. Pour Jean-Marie Pelt, une nouvelle éthique s’impose, celle d’une écologie spiritualiste, seule voie porteuse d’avenir.
 
Professeur émérite de biologie et de pharmacologie, fondateur de l’Institut européen d’écologie, Jean-Marie Pelt vulgarise des données scientifiques pour mieux mobiliser l’opinion sur les thèmes liés à l’écologie. Mais cet homme de science est aussi un croyant, qui nous fait part ici de ses réflexions sur l’indispensable intégration de la dimension spirituelle au combat pour assurer la paix à la fois dans la nature et parmi les hommes.
 
Un livre empreint d’une grande sensibilité et qui recèle un puissant témoignage d’espérance.
 

Denise Martin
 
 

 

 

 

Denise Martin Dév. durable Vie politique Lectures Cie des Mots Ateliers Ecrits personnels Contact Liens